Nombre de visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui15
mod_vvisit_counterHier65
mod_vvisit_counterCette semaine80
mod_vvisit_counterLa semaine dernière501
mod_vvisit_counterCe mois1377
mod_vvisit_counterLe mois dernier2181
mod_vvisit_counterTotal550467
Activité - RCI

 

Pistage(A)

Les pistes du RCI

Le chien est équipé d'un harnais ou d'un collier tenu par une longe de 10 mètres. Il peut également chercher librement, avec calme et précision, nez au sol, une piste tracée par le conducteur ou un tiers. Au cours de son travail, il marque ou ramasse des objets. La vitesse n'est pas un critère d'appréciation si la piste est travaillée de manière intensive, régulière et avec conviction. La longueur de la piste, les nombres de lignes, d'angles droits et d'objets ainsi que la durée du refroidissement dépendent de l'échelon.

Obéissance(B)

Elle se termine par l'envoi en avant ponctué d'une position couchée. Il faut cependant y ajouter le couché sous diversion s'il n'a pas été réalisé au la Suite du RCI 3 ⟶

L'obéissance nécessite l'exercice d'une contrainte qui ne doit pas conduire à annihiler le plaisir du chien à s'exprimer auprès de son maître[6].. Le règlement prévoit des pénalités maximales qui peuvent aller du simple retrait partiel ou total des points de l'exercice à l'arrêt de l'épreuve[7]. Elle débute par une marche avec changements de rythme et de direction, l'ensemble étant entrecoupé de prises de position (assis, debout, couché). Le comportement aux coups de feu et la sociabilité à proximité d'un groupe de personnes sont testés au cours de cette marche. L'épreuve se poursuit par des rapports d'objet avec (haie, palissade) sauts ou début des exercices. La qualité des exercices dépend de l'échelon du compétiteur. Sociabilité, stabilité, vivacité et précision sont les clés de la réussite[8].

Protection(C)

L'épreuve de protection est celle du courage[9]. Le chien doit déployer son aptitude à être vigilant, à défendre et attaquer sans excès de mordant, sous le contrôle étroit du conducteur. Toutes les prises doivent être rapides et profondes sur la manche de protection de l'homme assistant (HA). Elles cessent lorsque ce dernier s'immobilise sur ordre du juge et dès le signe acoustique de cessation du conducteur. Le développement qui suit concerne l'échelon 3; l'épreuve est simplifiée pour les autres échelons.
L'épreuve commence par la recherche de l'homme assistant dissimulé dans la dernière d'un ensemble de six caches. Guidé de la voix et du geste, le chien réalise une exploration méthodique et rapide. A la découverte, il s'immobilise pour une garde au ferme, aboie de manière soutenue et continue pour signaler sa réussite. Après une mise en place, l'homme assistant fait une tentative de fuite qui, sur ordre du conducteur, doit être empêchée par une prise. Une phase de garde et une attaque sur le chien précèdent deux coups de badine portés sur des parties non sensibles, lors de la deuxième prise. Puis les acteurs entament une conduite de dos d'environ 30 pas, au cours de laquelle le chien répond spontanément à une nouvelle agression et le conducteur désarme l'homme assistant. L'épreuve de protection se termine par l'attaque du chien pendant le mouvement et la défense du chien pendant la phase de garde. Après s'être éloigné, l'homme assistant se dirige au pas de course vers le chien, assis au pied du maître, en l'agressant de menaces de la badine et de la voix. Dès que la distance est réduite à environ trente pas, le chien est envoyé pour une prise et une garde au ferme. Deux derniers coups de badine consécutifs à une agression et à une prise finales voient l'homme assistant désarmé, en marche pour une conduite de côté vers le juge.

Notation des exercices

Chaque épreuve est notée sur cent points. L'obtention de la mention nécessite un total d'au moins soixante-dix points. Si cette condition est remplie pour les trois épreuves, les qualificatifs suivants sont attribués pour l'ensemble du concours :

de 210 à 239 points

de 240 à 269 points

de 270 à 285 points

de 286 à 300 points

Suffisant

Bon

Très bon

Excellent

Pénalités

Le chien doit satisfaire au test de caractère préalable au concours. En cas de résultat non satisfaisant, le juge prononce la disqualification. Il fait de même si des déficiences au niveau du caractère sont décelées pendant le concours[10]. Le règlement prévoit des pénalités maximales qui peuvent aller du simple retrait partiel ou total des points de l'exercice à l'arrêt de l'épreuve[11]. Au cours de l'épreuve de pistage (A), l'arrêt du travail est déclaré lorsque le chien quitte la piste de plus d'une longueur de longe. Il en est de même si le conducteur reçoit deux avertissements du juge en cas de contrainte sur le chien qui veut quitter la piste. Lors de l'épreuve de protection (C), la même sanction est appliquée si le chien ne supporte pas, se fait chasser au cours d'un exercice de défense, ou ne lâche pas sa prise après trois ordres de cessation. Les plus lourdes pénalités pour faute sont généralement de cinq points, hormis les cas de déclassement dans la mention qualificative ou d'exercice jugé insuffisant. Ces dernières sont le plus souvent appliquées lors de l'épreuve de protection (C)[12].

Concours

Les concours servent à mettre en évidence l'aptitude du chien au travail et, d'une manière plus générale, visent à l'amélioration de la santé et de la performance des chiens de génération en génération. Ils sont du ressort de chaque organisation cynologique nationale (OCN). L'OCN est la Société centrale canine (SCC) pour la France. Un concours est dit réussi lorsque la mention (MENT.) est attribuée. En marge du concours, puisqu'elle n'a aucun effet sur son résultat, une appréciation destinée à la reproduction est portée sur le chien. L'instinct de proie, l'assurance et la résistance au travail imposé (IAR) reçoivent les qualificatifs d'insuffisant, de suffisant et prononcé.

Palissade